CANOL : Questionnaire aux candidats aux élections régionales

Finances :


1. Comment analysez-vous la situation financière de la région et ses perspectives pour la durée du mandat ? 

 
L’UMP a voté 92% des décisions du PS. La collusion TOTALE de la droite (ou de ce qu’on appelle la Droite) et de la Gauche en Auvergne et Rhône-Alpes se solde par l’échec que nous connaissons et dont nos compatriotes payent le prix :

 

2. Pensez-vous pouvoir réduire le niveau de dépenses de la région pendant votre mandat et comment comptez-vous y arriver ?


Oui, nous réduirons le budget de la Région de 60 M€ en 2016. La baisse continuera ensuite pour parvenir à un budget de moins de 3000 M€.
Ces économies seront réalisées en recentrant la Région sur ses compétences propres et en mettant fin au clientélisme. Nous ne financerons plus les syndicats politiques et les associations « bidon », créées par les amis de la gauche pour détourner à leur profit 20% du budget régional.


3. Quel est votre objectif de réduction des dépenses de fonctionnement courantes de la région en fin de mandat  en pourcentage ?


Nous abaisserons les dépenses de fonctionnement de 3%, c’est-à-dire de 105 M€. Une partie de cette baisse permettra d’augmenter les dépenses d’investissement d’environ 1% et de baisser le budget global de 2%, c’est-à-dire de 60 M€ en 2016.


4. Quel est votre objectif de réduction de la dette en fin de mandat ?


D’ici la fin du mandat, notre objectif principal est de nous débarrasser au moins de la dette due aux emprunts toxiques contractés par l’Exécutif de gauche auvergnat : 132 M€.
Détermination de la politique sectorielle


5. Comptez-vous vous fixer des objectifs quantitatifs à atteindre pour chacune des politiques régionales par année et sur la durée du mandat ?   


Oui, cela relève du bon sens. Une bonne politique se mesure à ses résultats.


6. Mettrez-vous en place des indicateurs permettant de suivre l’activité des différentes politiques sur un plan régional, voire départemental, en les comparant avec les indicateurs nationaux ?    


Oui, absolument. Sans indicateurs facilement identifiables, il est difficile de mesurer l’efficacité politique. Comparer sa politique à celle des autres est également utile pour détecter des faiblesses éventuelles afin de pouvoir y remédier rapidement.


7. Publierez-vous ces objectifs et les indicateurs retenus avant le 30 juin 2016 ?


Oui, car des indicateurs publiés en fin de mandat relèvent de la manipulation statistique.


Organisation, effectifs de la nouvelle région


8. Comment comptez-vous fusionner les effectifs Auvergne avec ceux de Rhône-Alpes ?


Nous ne procéderons à aucun licenciement et l’inflation des effectifs sera stoppée. De plus, nous examinerons les attributions de postes d’agents spécialement créés ces dernières semaines par l’Exécutif de gauche pour mettre  vite à l’abri les copains et les coquins en cas de défaite électorale.


9. Pensez-vous pouvoir réduire les effectifs globaux en 2016 ? Et sur la durée du mandat ? Comment procéderez-vous ?


Il n’y aura aucun licenciement. La baisse progressive des effectifs sera obtenue par des départs volontaires ou des départs à la retraite. Cette baisse des effectifs sera possible en libérant des capacités par un retour aux compétences propres à la Région et par la fin de la gestion du clientélisme.


10. Comment comptez-vous arriver à diminuer le taux d’absentéisme du personnel ?


Le taux d’absentéisme actuel très élevé est dû à la mauvaise ambiance qui règne dans les services et qui s’explique principalement par une gestion dirigiste et égoïste des Exécutifs de gauche. L’humain, pourtant mis en avant dans les idéologies de gauche, n’est pas respecté et mis à mal. Nous appliquerons les principes de subsidiarité et de dialogue social. En même temps, nous mettrons fin aux copinages qui profitent à quelques-uns dans les services au détriment de la grande majorité des agents.


Mise en place d’un service de contrôle interne :


11. Mettrez-vous en place un service de contrôle interne ? A qui sera-t-il rattaché ?


Oui. Nous comptons le rattacher à la direction des services.


12. Si oui, quelles missions lui confierez-vous ?  


Le contrôle de la gestion de tous les domaines.


Mesures propres à chaque politique :


T.E.R. :


13. Comptez-vous renégocier le contrat avec la SNCF en 2016 ? Avec quels objectifs ?


Oui, car le contrat actuel n’est pas suffisant. Nous voulons que les pénalités soient effectives et plus importantes en cas de non respect des engagements de la part de la SNCF. Savez-vous que l’Exécutif de gauche a même remboursé à la SNCF, sous forme de plans d’action, les quelques pénalités dues ?


14. fixerez-vous un objectif annuel d’évolution de la fréquentation ? 


Non.


15. A quelle échéance envisagez-vous un appel à la concurrence de la SNCF ?


Nous ne l’envisageons pas durant la mandature à venir.


Lycées


16. Etablirez-vous un inventaire des travaux à réaliser sur la mandature et au-delà en chiffrant leurs coûts et en planifiant leur réalisation ? 


Oui, un inventaire des travaux à réaliser est indispensable. Sachez que nous préférons les petites structures de proximité aux grandes structures souvent difficilement accessibles aux élèves vivant à la campagne.


Formation professionnelle :


17. Comptez-vous remettre en question l’organisation actuelle et comment ?


L’organisation actuelle coûte cher sans produire les bénéfices souhaités. C’est pourquoi, à l’instar du système allemand, nous confierons le pilotage des formations professionnelles et de l’apprentissage directement aux entreprises afin que les jeunes soient formés selon les besoins concrets de leurs futurs employeurs et trouvent ainsi plus facilement un emploi. De plus, les entreprises disposent d’un véritable savoir-faire. La Région participera directement à la rémunération des formateurs. De ce fait, nous encouragerons le partenariat écoles/CFA/entreprises, tremplins directs vers l’emploi.


18. Comment vous assurerez-vous de la pertinence, de la qualité et de la réalisation des formations choisies ?


Voir réponse précédente.


Apprentissage – que comptez-vous faire :


19. Pour  améliorer l’image de l’apprenti ?


Il convient de réserver le soutien de la Région à ceux qui veulent se former, progresser professionnellement et aller jusqu’au bout. Les formations ne doivent pas être un moyen de traiter les cas sociaux. Les formations seront orientées dans le sens de la demande des besoins des entreprises.


20. Adapter les formations aux besoins des employeurs ?


Voir la réponse à la question 17 ci-dessus.


21. Mesurer l’évolution professionnelle des apprentis vers l’embauche ou vers une formation complémentaire


Voir la réponse à la question 17 ci-dessus.


Economie : 


22. Comment comptez-vous mesurer l’efficacité des actions les plus  coûteuses du budget ‘’économie, emploi’’ ?


Une bonne politique se mesure à ses résultats.


23. Sur quelles compétences économiques comptez-vous vous appuyer pour favoriser le développement économique et dans quels secteurs ?


Nous voulons rompre avec l’actuel dirigisme de la gauche qui paralyse les entreprises. Nous nous appuierons non seulement sur les pôles de compétitivité, les Clusters mais également sur le savoir-faire des diverses TPE/PME. Ce sont elles qui créent les emplois et non les politiques. Ces derniers ne peuvent que créer un cadre favorable aux entreprises et réduire le plus possible les obstacles qui handicapent le bon développement économique et la justice sociale.


24. Comptez-vous simplifier les aides aux entreprises : BPI, OSEO, ARDI, R/A Innove, i-Declic,…) ?


Nous voulons aider les entreprises directement (!) sans passer par des intermédiaires. Pour cela, nous voulons créer un guichet unique, c’est-à-dire mettre en place un seul interlocuteur, ceci afin de simplifier les démarches.


Subventions : Vous engagez-vous à :


25. faire disparaître progressivement les financements croisés et ne plus attribuer de subvention à un organisme déjà subventionné par une collectivité d’un autre niveau


Ce problème réel ne pourra pas être résolu à l’échelle de la seule Région. Il faudrait un cadre légal précis afin de mieux clarifier le rôle des collectivités que c’est le cas dans la loi NOTRe.


26. vous assurer que les subventions versées contribuent à l’atteinte des objectifs fixés à la politique concernée ?


Oui, c’est indispensable. Une association doit, sur demande, pouvoir justifier de l’utilisation correcte des fonds obtenus


27. Combien de subventions estimez-vous pouvoir suivre annuellement ?


o 7000                2000            500         200 


On ne peut contrôler toutes les associations. C’est pourquoi nous choisirons des associations au hasard que nous contrôlerons.


28. Envisagez-vous de remplacer les subventions accordées actuellement à des organismes qui vivent essentiellement de subventions par des délégations de service  public avec mise en concurrence ?


Le Front National a contribué à mettre fin aux dérives d’ERAI favorisant la liquidation. Nous avons la volonté de mettre fin aux copinages  malheureusement fréquents au sein de l’actuel Exécutif de gauche.