image

Les effectifs de tous les services ont augmenté sensiblement depuis 2005, y compris ceux dont les compétences n’ont pas changé pendant la période.
Les effectifs pourvus qui étaient comptabilisés jusqu’en 2012 physiquement, sont désormais comptés en « équivalents temps plein », ce qui explique la diminution entre 2010 et 2014.
La diminution des non-titulaires s’explique par la titularisation des contractuels dont les contrats successifs dépassaient 6 années.

image

 

Le nombre de techniciens et opérateurs de surface (T.O.S.) des lycées transférés par l’Etat à la Région était de 3 995 en 2007. Il s’est considérablement accru depuis : 1 000 nouveaux postes ont été créés, dont 165 titulaires et 830 non-titulaires. Tout cela bien que le nombre de lycées n’ait pas augmenté sur la période.
La baisse constatée de 2010 à 2014 est fictive puisque, en 2010 les effectifs étaient physiques et qu’en 2014, les temps partiels sont comptés au prorata du temps travaillé.
Ces effectifs sont uniquement les emplois permanents : la région employait également au 31/12/14 50 emplois non-permanents au siège et 149 dans les lycées.
Ces emplois non-permanents n’existaient pas en 2010. Ils sont occupés par des apprentis ou des remplaçants (cf rubrique absentéisme).

Il faut noter également que le nombre de membres du cabinet dépasse les 50 personnes, contractuels et titulaires compris, alors que la loi ne permet que 17 collaborateurs, compte tenu de la population de Rhône-Alpes.

Point de vue de CANOL