L’absenteisme

L’étude faite par CANOL à partir de chiffres 2012 du bilan social de la Région révélait l’absentéisme suivant :

Conseil Régional 2001 2008 2012 08/01 12/08 12/01
Absentéisme(jours/an)siège 13,9 19,5 19,4   -1% 39%
Absentéisme (jours/an) Lycées   29,2 36,8   26%  

Si l’absentéisme du personnel du siège stagnait depuis 2008, celui du personnel des lycées (de loin le plus nombreux !) était très élevé et augmentait de 26% en 4 ans.

 

Dans l’absentéisme, comme dans le contrôle des associations subventionnées, CANOL constate un trop grand laxisme de la Région qui ne sait pas tirer le meilleur parti de l’argent qu’elle dépense !

Une étude de la Fondation IFRAP, parue en octobre 2014, a comparé les jours d’ absence d’un salarié du secteur privé avec celui d’un agent du secteur public :
• Salariés du secteur privé de la Région Rhône-Alpes : 19,1 jours par an (source : Alma Consulting) ;
• Fonctionnaires du Conseil Régional Rhône-Alpes : 29,4 jours par an (source IFRAP).

Il y a donc 10 jours de différence entre privé et public.
Rappelons aussi l’impact du jour de carence sur l’absentéisme des fonctionnaires territoriaux : à partir d’une étude SOFAXIS, le Monde du 25 nov. 2014 relève :  » pour la 2ème année consécutive, le nombre d’arrêts-maladie d’un jour posés par des fonctionnaires territoriaux a diminué en 2013. La baisse, quoique moins forte que celle relevée en 2012 (- 51 %), n’en demeure pas moins significative: -23 %.
Les auteurs de l’étude pensent que cette tendance s’expliquait probablement par l’instauration début 2012, du ‘’jour de carence ». A quand son rétablissement?
De plus comme chaque année depuis 15 ans, SOFAXIS, spécialisé dans la protection sociale des agents des collectivités territoriales, réalise une étude en matière d’absentéisme pour raison de santé. Cette étude qui a fait l’objet d’un communiqué de presse en novembre 2014, est basée sur un échantillon de 370 000 agents employés dans 18 500 collectivités. Selon SOFAXIS,  »pour toutes natures d’arrêts confondues, le taux d’absentéisme progresse de 18 % en 6 ans ».
Conséquence : en 2013, une collectivité employant 100 agents titulaires constate sur un an l’absence permanente de près de 9 agents. « Le coût des absences s’élève en moyenne à 1 772 € par agent en 2013’’. Supprimer l’absentéisme n’est pas réaliste, mais le diminuer est possible si les collectivités territoriales appliquent les règles du secteur privé telles que les jours de carence ou encore d’autres incitations.


Voir également l’étude du Figaro qui indique le niveau d’absentéisme de chacune des régions françaises.
Si le personnel de la région Rhône-Alpes n’est pas le plus absent, l’étude publiée par le Figaro montre qu’elle fait partie du peloton de tête !

Point de vue de CANOL